L´Histoire de la Fondation Kannerschlass

D'Suessemer Schlass

Extrait d'une brochure parue il y a une vingtaine d'années

 

Wann vum Kannerschlass Rieds geet, gët oft gefroot: "As daat e richtegt Schlass, an deem d'Kanner wunnen?"Jo, si wunnen tatsächlech an engem richtegen, aale Schlass mat enger geschichtlecher Vergaangenheet, déi bis an d'Joër 1306 zeréckgeet, wou d'Suessemer Buurg déi éischte Kéier urkundlech ernimmt gët.Et gët awer ugeholl, dass d'Buurg schons virun 1274 gebaut gin as, well de Wëllem an de Jhang aus der Aanseburger Géigend, déi wum Zolwer Här säi Land an d'Leit vu Suessem als Leehen kritt hun, sech schons 1274 als Hären vu Suessem genannt hun. Als Geegeleeschtung hun si missen hirem Leehnshär Krichsdingschter leeschten an séng Zolwer Buurg bewaachen. Fir daat kënnen ze maachen, hun si an der Noperschaft eng Wunnéng gebaut. D'Kärstéck vun dësem Bau, enger richteger Waasserbuurg mat Waassergrief, woar e véiereckegen Tuurm vun 12,5*12,5 m am Quadrat, deen haut nach do steet. Déi Buurg heut aus engem Wunngebei an Niewegebeier bestaanen, déi ëm de banneschten Haff gebaut gi sin. Hei hun och d'Familjen gewunnt, déi am Dingscht vun der Herrschaft stungen. Et woar fir déi deemoleg Zäit schons eng zolitt Festung, déi, sou gët ugeholl, zu enger ganzer Rei vun Buurgen gehéiert huet, wéi Zolwer, Esch-Berwart, Diddeléng a Käl, fir d'Groofschaft vu Lëtzebuerg géint d'Herrschaft vun Bar-le-Duc ze schützen, mat deem si ëmmer Sträit haaten.

Duerch Ierfschaften a Bestiednisser hun d'Hären vu Suessem ët am Laaf vun der Zäit wäit bruecht. Als kléng Zolwer Buurgmänner hun si ugefaangen, goufen dann Grondhären an zum Schluss héich Geriichtshären vu Suessem an Aarsduerf. Am Laaf vun der Geschicht as d'Suessemer Schlass, deem séng Besetzer gewiesselt hun, nët vun de Kricher veerschount bliwen.

Hei e puer wichteg Daten:

- 1552 d'Schlass vun Zolver gouf vun de Fransousen zerstéiert an et as ganz waarscheinlech dass se d'Suessemer Schlass nët vergiess hun

- 1567 d'Schlass gouf erëm opgeriicht an zwoar de gréissten Deel vum heitege Schlass

- 1597 ët gët ugeholl, dass d'Fransousen, nodeem se Uewer- a Nidderkuer, Déifferdéng a Suessem geplëmmt hun an dobäi méi wéi 40 Heiser a Scheieren niddergebrannt hun, d'Suessemer Schlass nët verschount hun

- 1636 d'Pollacken vun der Kaiserlecher Arméi brennen d'Schlass nidder. Eréischt nom Krich, also no 1659 gët d'Schlass erëm opgebaut

- 3.10.1753 de Groof Emmanuel vun Terring verkeeft dem Baron Arnold François de Tornaco d'Suessemer Schlass fir 62 000 Gulden inklusiv d'Héich-, d'Mëttel an d'Grondgeriichtsbarkeet an een Haus an der Phillipsgaass.

Mat der franséischer Revolutioun sin des Härerechter allerdings verlueregaangen. Déi nei Hären hun d'Schlass ëmgebaut: D'Ringmaueren goufen ofgerappt, d'Südmauer mat engem Tuurm ofgedroën fir d'Schlass no Süden opzemaachen an d'Waassergrief goufen zougeschott. Den Haaptagang gouf am Stil vun der Zäit nei opgebaut mat dem Wopen vun den Tornaco an d'Schéissschachten am Erdgeschoss duerch grouss Fensteren ersaat. D'Suessemer Schlass huet nach eng Kéier eng glanzvoll Zäit erliewt ënnert dem Victor de Tornaco, deen vun 1860-1867 lëtzebuergeschen Staatsminister woar.

Him zu Èieren gouf 1939 een Denkmal zu Suessem ageweiht.

D'Famill vun de Tornaco huet bis 1950 am Schlass gewunnt, bis zu deem Daag, den 3. Januar 1950, wou d'Escher Geméng d'Schlass fir 5 Milliounen kaaft huet an e Kannerheem doraus gemaach huet, mat dem Numm "Kannerschlass".

Der Escher Geméng as ët ze verdanken, dass d'Schlass, daat iwwregens als Monument Historique klasséiert gouf, esou gudd erhaale blouw, a wann si 1980 enger ASBL d'Schlass hu missen verlounen, dann nëmmen, well duerch d'Krisis an der Eisenindustrie d'finanziell Mëttelen nët méi do woaren, fir daat Wierk weider ze finanzéieren.

No dem Besuch vun den Hären Ministeren Spautz an Santer, dem Här Staatsminister Werner an dem Escher Schäfferoot am August 1983 um Suessemer Schlass däerfe mer hoffen, dass de Staat dofir suerge wärt, dass dëst Schlass, eent vun deene wéinegen gudd erhaalene Schlässer hei am Süden, eisem Patrimoine erhaale bleift.

M.B.

Quellenoweis: Denkmäler Luxemburgs (14) J.-P. Koltz
Broschür: Club Sportif Sanem 1947/77
Die ehrgeizingen Herren von Sassenheim - René Klein


---------------------------------------------------------------------------------------------------

Kannerschlass Suessem

1950-1980

Rétrospective

le diable en fresque

Le 3 janvier 1950 en vertu d'une délibération du Conseil Communal de la Ville d'Esch-sur-Alzette prise en date du 16 décembre 1949 et profitant d'un don généreux de la famille Muller-Tesch, les membres du collège échevinal signèrent un contrat de vente par lequel le Baron Auguste de Tornaco céda son domaine connu sous le nom de "Château de Sanem", vieille demeure seigneuriale, comprenant les bâtisses du château avec annexes et dépendances, jardin, verger, parc, parc à bétail, bois, pré, cours d'eau et chemin, le tout avec une contenance de 6 hectares 92 ares et 40 centiares à l'acquéreur, la ville d'Esch-sur-Alzette pour le prix de 5 millions.

Nous lisons dans l'acte de vente vu et approuvé par un arrêté grand-ducal du 2 février 1950 que l'acquisition du Château de Sanem a été faite dans un but d'utilité publique pour y établir un orphelinat.

L'entrée en jouissance des immeubles était prévue pour le premier mai 1950.

Cette acquisition critiquée par l'opposition mais défendue valablement par les signataires, avait été bien préparée par une campagne de sensibilisation menée par un groupe de jeunes éducateurs qui, après la création du Cercle d'études pour l'enfance inadaptée en 1948 profitèrent de toutes les occasions pour propager leurs idées auprès des autorités gouvernementales, scolaires et communales.

Dans ces années d'après-guerre, où partout en Europe on s'efforçait de réparer les dégâts matériels et moraux, le nombre des communautés destinés à recueillir les enfants dont les foyer avaient été dispersés par la guerre se multipliaient.

On comprit très vite que les maisons d'enfants sous leur forme originale n'avaient plus leur place et que d'autres communautés étaient devenues nécessaires pour accueillir tous ceux qui étaient victimes de handicaps sociaux ou de circonstances particulièrement défavorables et en faire des membres utiles de la communauté.

Il fallait organiser la communauté de telle façon que les enfants et les adolescents puissent y retrouver pour autant que possible les milieux privilégiés où toute jeunesse peut s'épanouir et se développer librement.

La FICE (Fédération Internationale des Communautés Educatives) créée en 1949 avait pour mission de propager ces règles de vie proposées comme modèles éducatifs par l'UNESCO dans les nations diverses.

Le Cercle d'études de l'enfance inadaptée s'en inspira en préparant ses projets de réforme de l'éducation de l'enfance en difficultés.

Entretenant de bonnes relations avec la FICE, son secrétaire M. Oth fut même désigné pour participer en tant que correspondant international de la fédération à la conférence d'experts et des directeurs des maisons d'enfants à Charleroi en octobre 1949.

Grâce aux relations cordiales avec la FICE un camp international de jeunesse fut organisé au Château de Sanem par l'UNESCO et la FICE en collaboration avec les Instituteurs Réunis, le Gouvernement luxembourgeois, la Municipalité d'Esch/Alzette et tous les enfants du Grand-Duché.

Pendant tout un mois, du 108.-31.08.1950,50 orphelins de guerre, garçons et filles, venus de 9 pays différents d'Europe ont pu mener une expérience de vie internationale en participant activement à l'organisation des activités diverses du camp et cela dans une ambiance d'enthousiasme et de compréhension mutuelle.

Encouragé par la réussite de ce camp qui fut une expérience pédagogique de valeur internationale et sous l'emprise de l'euphorie générale on créa une commission pour accélérer les travaux d'aménagement et intensifier les discussions sur les orientations pédagogiques du nouveau centre d'accueil que la Municipalité d'Esch s'était formellement engagée à fonder et pour lequel on avait déjà trouvé un nom: "KANNERSCHLASS", appellation très suggestive pouvant entrer facilement dans le langage de la population.

Elaboré par deux collaborateurs actifs du camp de jeunesse MM. Oth et Barbel, un projet d'organisation qui comprenait une partie pédagogique et une partie pratique fut adopté.

L'idée maîtresse de ce projet était l'innovation par la mise en pratique de nouvelles méthodes éducatives axées sur l'individualisation des démarches pédagogiques et une ouverture sur le monde extérieur en créant des groupes familiaux mixtes indépendants avec 15 enfants au maximum.

Se mettant résolument à l'heure du changement on voulait faire du "Kannerschlass" un Centre d'accueil pilote, un modèle pour les autres institutions sociales existantes, sinon les enfants qu'on avait l'intention d'y accueillir auraient pu rester dans les autres établissements où ils étaient bien logés et nourris.

Il fallait donc absolument que cette expérience unique dans notre pays et suivie par les pédagogues avertis et les autorités compétentes réussit. On décida de confier la direction du Kannerschlass à M. Ferd Oth qui, de par sa formation et son expérience avait toutes les qualités requises pour réaliser ces projets ambitieux dont il avait été d'ailleurs un des principaux initiateurs.

Le 13 novembre 1951 un premier groupe de 14 enfants entre 13 et 11 ans, garçons et filles, fut admis au "Kannerschlass" et pris en charge par M. et Mme Oth, jeune couple d'enseignants assistés par une monitrice engagée en décembre de la même année.

Au printemps 1952 un deuxième groupe de 14 enfants rejoignit le premier groupe familial, et une deuxième monitrice fut engagée.

Des règlements définissaient clairement le rôle de la maison, le fonctionnement du service et les responsabilités de chacun. Ainsi l'article 1 du règlement organique approuvé en 1952 stipulait que la maison était un établissement communal destiné à recueillir les orphelins et les enfants abandonnés des deux sexes de la commune d'Esch de préférence dont les familles avaient été reconnues déficientes du point de vue social et éducatif et cela dès l'âge de trois ans jusqu'au moment où leur adaptation sociale serait définitivement assurée.

Connaissant les troubles de comportement et les effets négatifs que la privation d'une vie familiale peut produire chez les enfants en bas âge et constituer un handicap sérieux pour leur intégration future, l'établissement, administré par le collège échevinal et assisté dans ses fonctions par une commission s'appliqua

  1. à reconstituer pour autant que possible le climat affectif régnant dans une famille normale

  2. à libérer l'enfant de toute pression, à lui éviter toute secousse injuste en préconisant le libre développement de sa personnalité

  3. à donner à l'enfant le sens de la réalité de la vie par une participation active aux travaux de la communauté (art.2).


Ainsi pour la première fois dans notre pays des garçons et des filles, dès l'âge tendre jusqu'à l'âge de l'émancipation furent réunis dans des groupes familiaux dirigés chacun par une monitrice en bonne mère de famille disposant d'une cuisine individuelle, d'une salle de séjour, d'installations sanitaires adéquates et de plusieurs chambres de 2 à 5 lits.

Ces innovations qui aujourd'hui n'ont plus rien d'extraordinaire parce qu'elles sont conformes à nos conceptions furent il y a trente ans jugées très sévèrement touchant à des tabous séculaires telles que la valeur de l'éducation en milieu fermé loin des tentations du monde extérieur et l'obligation de l'uniformité vestimentaire.

Ceci explique pourquoi l'article 3 insista tant sur la nécessité que les enfants fréquentent l'école du village et qu'ils ne portent pas d'uniforme tout en acceptant une participation aux frais d'école définie clairement par une convention que la ville d'Esch signa avec la commune de Sanem.

 

Très fiers de leur expérience pédagogique les responsables tenaient à montrer au grand public cette oeuvre humanitaire en organisant dès les premières années des fêtes enfantines et des expositions avec la collaboration active de tous ceux qui avaient contribué à sa réalisation.

Des objets confectionnés par les enfants pendant les heures de loisir ou des séances de travaux manuels furent mis en vente dont le bénéfice était destiné à alimenter une caisse, dite caisse commune, servant à acquérir du matériel de camping, de l'outillage pour l'atelier ou à accorder aux enfants un supplément d'argent de poche.

En 1956, l'année du cinquantenaire de la ville d'Esch, qui dans le cadre de festivités avait organisé une exposition avec un stand spécial réservé au "Kannerschlass" souligna l'importance qu'elle attachait à cette oeuvre en créant un troisième groupe en septembre de la même année. Les premières années furent marquées par une ardeur extraordinaire entretenue par des articles flatteurs de la presse, la visite des membres de la famille grand-ducale et du gouvernement.

L'enthousiasme fut tel qu'en 1958 une association "Les Amis du Kannerschlass" se constitua pour apporter son soutien moral et matériel aux pupilles du "Kannerschlass" en accordant par ex. une aide financière pour l'organisation des vacances et les échanges de nos enfants avec ceux des communautés à l'étranger (en Suisse, France, Belgique) ou en offrant plus tard un cadeau aux jeunes à l'occasion de leur mariage. Les "Amis du Kannerschlass" soutenaient également un projet élaboré déjà depuis 1959 proposant de créer un quatrième groupe par la construction d'un pavillon réservé exclusivement aux jeunes filles de 16 à 21 ans.

Ce projet fut avisé favorablement par la municipalité d'Esch et en 1965, six ans après, le pavillon qui comprenait également un logement de service pour le directeur, fut inauguré créant ainsi non seulement une augmentation des capacités d'accueil mais également une augmentation des difficultés pour assurer au personnel éducatif peu nombreux (5 monitrices) les jours de repos auxquels il avait droit.

En effet ne bénéficiant que d'une journée de repos hebdomadaire et d'une journée supplémentaire chaque 5e dimanche, nos cinq éducatrices n'étaient vraiment pas gâtées.

Par l'engagement d'une 6e éducatrice, le terme de monitrice ayant été remplacé entre-temps pour revaloriser cette profession, on améliora les conditions de travail en réorganisant le service au "Kannerschlass".

En 1967, M. Oth démissionna pour des raisons de santé après avoir oeuvré pendant 16 ans au service des enfants en difficultés sociales.

En prenant la succession de cet éducateur remarquable, je compris très vite que je venais d'accepter un poste aux tâches très multiples auxquelles en réalité j'étais peu préparé malgré mes 16 années de service dans l'enseignement primaire.

Il y eut au début surtout des problèmes d'acceptation par les jeunes entre 16 et 21 ans qui déçus de voir partir leur oncle Ferd comme ils l'appelaient, observaient d'un oeil critique et avec une certaine curiosité réticente mes débuts comme nouveau responsable de leur "Kannerschlass".

Il y eut ensuite des problèmes d'adaptation au rythme de vie d'une maison d'enfants dont le caractère spécial exige toujours en dehors d'un plan de travail général une adaptation permanente aux exigences du moment et une disponibilité qui dépassaient largement l'horaire prévu.

Par l'obligation d'avoir mon domicile au "Kannerschlass" même j'eus à intervenir chaque fois que cela était nécessaire et souvent à des moments très inopportuns, les dimanches, les jours de fête et pendant la nuit.

On comprendra aisément que ces multiples tâches exigeaient non seulement un dévouement inlassable mais également une condition physique et morale optimales.

La conception du "Kannerschlass" ne changea guère après le départ de M. Oth bien que nous tenions compte de l'évolution des structures socio-économiques avec comme conséquences une certaine libéralisation des moeurs, une démocratisation évidente des relations entre jeunes et adultes et la nécessité d'une information sexuelle honnête.

Il y eut ensuite la télévision qui après l'installation d'une antenne et l'achat des trois premiers appareils en 1969 apporta dans notre maison à côté de l'information utile et de la distraction des idées nouvelles souvent insolites réservant une large part aux slogans publicitaires.

Ces changements de mentalité exigeaient de notre part une réorientation de nos goûts et de nos convictions.

Il importait donc que le personnel éducatif s'initiât aux nouvelles tendances et cela avec beaucoup de compréhension et de bonne volonté.

Bien qu'il se développa un nouveau style de vivre et de concevoir les choses, les problèmes fondamentaux restaient les mêmes.

 

Par des discussions avec les jeunes nous n'essayions pas seulement de trouver des compromis ce qui n'était pas toujours facile, concernant l'argent de poche et son adaptation régulière au coût de la vie, l'organisation des loisirs, la durée et la fréquence des sorties suivant une hiérarchie d'âge bien définie, le droit de fumer et les revendications des jeunes filles qui réclamaient les mêmes droits, les programmes de télévision et l'heure de coucher, les droits et les obligations de chacun, les goûts vestimentaires particuliers et le goût des cheveux longs de beaucoup de jeunes, mais de trouver également des solutions aux problèmes scolaires et professionnels auxquels nous attachions une grande importance.

L'orientation professionnelle était assurée par notre établissement d'une part et les écoles d'autres part en ayant recours évidemment aux services de l'office national du travail qui nous guidait dans le choix à faire.

Cette orientation tout en étant concordante aux possibilités de l'emploi respectait pour autant que possible les goûts et les aptitudes de chacun.

Avec la création du service d'intégration sociale de l'enfance en 1968 chargé plus particulièrement d'examiner tous les problèmes relatifs aux maisons d'enfants en vue de coordonner notamment les systèmes éducatifs et les conditions de travail des différentes institutions, les pouvoirs publics commencèrent enfin à prendre conscience de leurs obligations dans ce domaine et ce 17 ans après l'admission du premier groupe d'enfants au "Kannerschlass" dont on reconnaissait volontiers la valeur du travail éducatif d'avant-garde.

La visite de SAR la Grande-Duchesse en janvier 1971 fut d'ailleurs pour nous la preuve de cet intérêt que notre oeuvre suscitait en haut lieu.

Suivant les travaux du SISE avec grand intérêt j'assistai aux nombreuses réunions d'informations qui eurent lieu dans différentes maison d'enfants entre autres au "Kannerschlass" dans le but de faire un constat des structures d'accueil existantes et de réfléchir sur les changements nécessaires et indispensables sur la base d'une approche plus scientifique des problèmes éducatifs et dans l'optique d'une politique globale et cohérente d'intégration de l'enfance défavorisée en proposant dans l'immédiat un plan comptable uniforme pour tous les centres d'accueil.

On plaida pour une meilleure qualification du personnel éducatif par une formation appropriée et pour une amélioration des conditions de travail par une augmentation du nombre des agents éducatifs dans le but d'introduire progressivement la sommaire de 40 heures pour le personnel employé dans les maisons d'enfants.

Tandis que l'équipe du SISE, qui prit rapidement un essor considérable mena sa campagne de sensibilisation avec beaucoup de poids grâce aux crédits substantiels que le Ministère de la Famille mit à sa disposition pour la restructuration des foyers pour enfants, nous continuâmes à rester fidèles à nos principes éducatifs en nous concentrant sur les problèmes spécifiques de notre maison.

Attachant une importance particulière à l'organisation des loisirs nous accueillions favorablement toutes les initiatives qui nous venaient du dehors (camps de jeunesse organisés par le Service National de la Jeunesse), colonies de vacances organisées par la Croix Rouge, la Caritas et la Ville d'Esch.

Encouragés de prendre activement part à la vie culturelle et sportive de Sanem, notre milieu d'implantation, et de participer aux camps de jeunesse organisés par la ville d'Esch dans le cadre des villes jumelées en Allemagne, Belgique, Hollande, Angleterre, Autriche et en Italie, beaucoup de jeunes en profitèrent pour nouer des contacts précieux et rapporter des souvenirs inoubliables.

Anniversaires, fêtes locales avec visites des bals organisés par les associations diverses de Sanem, la visite de St-Nicolas, des concerts offerts par des orchestres des localités voisines, fiançailles, mariages voilà autant d'occasions pour cultiver chez nos jeunes les relations interhumaines tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du groupe de vie.

Notre personnel éducatif suivit attentivement l'évolution dans les autres maisons d'enfants et revendiqua avec insistance une augmentation des effectifs, revendication que le collège échevinal avisa favorablement en engageant une 7e éducatrice en février 1973, ce qui nous permit de réduire la durée du temps de travail de 115 heures par semaine à 93 heures en accordant à chaque éducatrice 2 journées de congé hebdomadaire + 1 troisième dimanche supplémentaire.

Comparé aux normes fixées par l'Etat pour ses premières conventions signées en 1975 (4 agents éducatifs par groupe de vie + 1 femme de charge) le nombre de 7 éducatrices pour 4 groupes familiaux paraissait extrêmement modeste tout en sachant que le nombre des enfants par groupe avait été réduit progressivement de 5 unités en moyenne depuis 1951 ce qui constituait une décharge non négligeable pour notre personnel qui en plus profita de l'abaissement de l'âge de la majorité de 18 ans, loi votée en 1975.

En effet le départ des jeunes à partir de 18 ans résolut d'un coup bon nombre de problèmes éducatifs causés par la présence des jeunes de 18 à 21 ans, bien que nous craignions que cette loi n'en créât d'autres au niveau du suivi de ces jeunes de 18 ans qui manquaient d'une certaine maturité pour profiter sans risques de leur liberté précoce.

Pour rendre la profession d'éducateur au Kannerschlass plus attrayante face aux avantages offerts au personnel éducatif par les maisons conventionnées, nous voulions améliorer les conditions de travail en demandant 2 moniteurs (trices) supplémentaires.

Malgré nos demandes réitérées depuis 1976 avisées favorablement par la commission de l'enfance, la municipalité d'Esch ressentant déjà les effets négatifs de la crise sidérurgique n'était pas en mesure d'en supporter les frais et n'accéda pas à nos demandes.

Tout ceci ne nous avait pas empêchés de fêter avec grand éclat le 25éme anniversaire du Kannerschlass du 9 au 10 septembre 1975 avec une fête sous-tente organisée en financée par les "Amis du Kannerschlass" à laquelle furent invités non seulement tous les collaborateurs dévoués des premières heures mais également tous les anciens avec leurs familles venus très nombreux pour prendre en commun un repas offert gracieusement par les organisateurs et pour fêter dans la joie cet anniversaire dont les moments les plus remarquables ont été filmés et fixés à jamais par RTL et M. Nic Laux, amateur cinéaste très bien connu pour avoir réalisé déjà plusieurs films sur la vie au Kannerschlass et la construction du pavillon.

En 1977 les "Amis du Kannerschlass" apprenant que nous avions l'intention de remplacer notre matériel de camping, c'est-à-dire nos tentes par deux roulottes, nous firent cadeau de deux mobilhomes spacieux et confortables ce qui permit à nos enfants de passer des vacances dans des conditions idéales.

Grâce au bénéfice réalisé à l'occasion d'une grande fête enfantine, organisée en 1978 avec la collaboration des femmes chrétiennes, liberales, socialistes en communistes, grâce aussi aux nombreux dons offerts par des donateurs généreux, il nous a été possible d'acquérir un minibus en 1979, l'année internationale de l'enfant.

Le Kannerschlass fut également présent à l'exposition organisée par l'ANCE à l'occasion de cette année réservée à l'enfant en montrant au public très nombreux et intéressé des objets confectionnés par nos jeunes, des broderies, des céramiques, des albums avec de nombreuses photos représentant des scènes de la vie quotidienne et une maquette du Kannerschlass que nos jeunes avaient pris soin de restaurer préalablement.

Tout cela ne nous faisait pas oublier que la métropole du fer touchée très gravement par la crise économique que traversait notre pays, éprouvait de plus en plus de difficultés pour assurer le financement du Kannerschlass dont les frais d'entretien et de personnel grevaient lourdement le budget communal et c'est avec amertume et des regrets certains que le conseil communal de la ville d'Esch accepta la proposition du Ministère de la Famille de confier la gestion du Kannerschlass à l'ASBL avec laquelle il signa la première convention en décembre 1980, mettant ainsi fin à trente années d'autonomie communale.

Que reste-t-il de cette époque révolue au cours de laquelle plus de cent pupilles, garçons et filles ont quitté notre établissement après un séjour plus au moins long (de 1 ans à 18 ans) et en demeureront les témoins vivants?

Sans aucune fausse prétention nous pouvons affirmer que suite à nos informations et aux contacts personnels avec beaucoup de ces jeunes dont les aînés viennent de dépasser la quarantaine déjà la plupart se débrouille très honorablement dans la vie en évoquant volontiers des souvenirs et des anecdotes où les critiques bienveillantes et l'approbation sincères trouvent leur juste part.

Il reste des traditions qui sont nées et qui ont survécu pour être transmises, il reste des objets confectionnés, des céramiques, des mosaïques, des broderies et des gobelins servant de décoration, des articles parus dans la presse à l'occasion des fêtes et réceptions, de nombreux albums résumant en images par ordre chronologique la vie au Kannerschlass et des dossiers volumineux racontant l'histoire de ces trois décennies dans ses moindres détails.

Avant de conclure je voudrais rendre un dernier hommage à la municipalité d'Esch-sur-Alzette, à tous ceux et toutes celles qui ont contribué à réaliser cette oeuvre éminemment humanitaire dont la continuité est garantie par une équipe de jeunes éducateurs motivés et qualifiés. Travaillant dans de bonnes conditions ils vont oeuvrer dans l'intérêt des enfants défavorisés en leur proposant un large éventail de possibilités éducatives basées sur une recherche pédagogique permanente.

Bruno MOUSEL

directeur (jusqu'en 1988)